Evénement

Festival Scalatabel  2018

scalatabel2018Festival Scalatabel / millésime 2018 : ça a chauffé !

C’est à l’entrée des Grottes des Demoiselles, au cœur du massif du Thaurac, qu’il fallait être ce week-end de mi-juin, pour vivre la magie du mur éphémère. Sur le festival se sont réunis plus de 3500 visiteurs, 200 participants aux challenges et contest, et un pic de 1500 spectateurs regroupés sous les voies le samedi soir pour assister aux concerts, spectacles et démos des athlètes. Même la météo était de la partie, pas trop chaud juste ce qu’il faut, une belle lune et des étoiles…

Des bonnes vibrations !

L’édition 2018 du festival Scalatabel, organisé par les clubs Scalata et Escalabel, coordonné par le Comité Territorial FFME de l’Hérault, a atteint son objectif : réunir des horizons verticaux bien différents autour d’une même fête de l’escalade en falaise : escalade adaptée, challenge enfant, challenge club loisir ados et adultes, contest amateur, professionnels de l’activité, centre de formation, secours en montagne, collectivités locales, sympathisants, débutants, athlètes et autres pratiquants tout azimut, tous ont fait monter la température sans distinction, bien loin des salles climatisées.

Plus que jamais orienté vers la pratique « nature » de l’escalade et la sensibilisation au respect du milieu et aux risques de l’activité, le Scalatabel fut particulièrement riche en émotions. Et à en croire la bonne énergie qui s’est dégagée de cette alchimie collective, le pari est réussi : allier une activité avec son territoire, défendre la culture de l’escalade en nature, joindre la fête et la performance, et surtout partager une passion commune.

Scalatabel 2018   Scalatabel 2018  Scalatabel 2018
 photos Sam Bié

 

Du gros boulot chez les équipeurs

Pour l’occasion 40 voies tous niveaux sur un calcaire premier choix ont été (re)équipées, brossées et bichonnées par les ouvreurs pour recevoir tout ce beau monde. Trois mois pleins de travail sur le terrain pour redonner au mur éphémère sa prestance, le préparer à recevoir les convives comme il se doit : 500 dégaines fixées sur le mur, des cordes neuves au pied des voies, et bien sûr la grande échelle de 30 mètres qui permet au accès direct à la vire médiane. L’équipe des ouvreurs, menée par Didier Franco, Arno Catzeflis et Julien Roux, a donné sans compter pour aider le mur éphémère à revêtir sa tenue de soirée. Les mêmes ont œuvré ensuite à déséquiper le mur, comme convenu avec son propriétaire, afin de restituer la quiétude aux martinets, faucons et autres habitants des lieux… Une pensée pour trois des équipeurs du mur qui ont regardé l’évènement 2018 depuis les étoiles : Hugues Beauzile, (qui avait équipé la première voie baptisée « Ephéméride » en 1993), Pierre Rouzo (qui a équipé sur ce mur sa dernière ligne en 2007 baptisée « Une dernière pour la route») et Arnaud Baraille qui nous a joué cette année son dernier morceau de guitare… merci les amis, ceux qui restent veilleront sur vos voies !

Un rassemblement pour tous

Les différents challenges d’escalade proposés lors du festival ont accueilli près de 200 participants : les journées de jeudi et vendredi ont vu se succéder les groupes venant des différents partenaires travaillant avec les clubs organisateurs, aboutissement d’un travail mené par ces structures en lien avec les moniteurs d’escalade (notamment Didier Franco, Florent Aussedat et Damien Jacquet). Les CHU des Hauts de Massane, Unité des jeunes adultes de la Colombière, CHU-Hôpital de jour de Gignac, IME Les Oliviers (Montpellier), IME La Pinède (Jacou), Association d’Entraide et de Reclassement Social (Montpellier), les ITEP de Montpellier et du Vigan et le centre Wallon Lainé. Pendant ces deux premiers jours, l’échelle a tremblé sous les assauts des grimpeurs (à moins que ce soit l’inverse?), et ce sont plus de 50 personnes (enfants, jeunes et adultes) qui ont participé au challenge « escalade adaptée ».

Les samedi et dimanche, les challenges clubs des catégories microbes à vétérans ont rassemblé plus de 150 participants. Plus de 35 voies ont été aménagées sur les secteurs voisins afin de réaliser les qualifications, les finales ayant lieu sur la falaise éphémère. Grosse ambiance le samedi après midi avec le spectacle donné par les microbes (7-8 ans) qui ont rejoint leur voie de finale haut perchée en empruntant la «big échelle»… les parents ont serré les fesses autant que leurs enfants ont serré les barreaux ;-)

Le lendemain ce sont leurs ainés (catégories cadets, juniors, adultes et vétérans) qui ont défié la falaise, sous un soleil légèrement voilé, merci météo France pour le sponsoring ;-)

Enfin, le « contest éphémère », qui s’est déroulé parallèlement du vendredi au dimanche, a rassemblé 35 falaisistes aguerris. L’objectif : enchainer le maximum de voies sur les 25 réservées au circuit, du 7a au 8a+. Et à ce jeu là c’est le jeune talentueux Tanguy Mérard qui remporte le contest haut la main. Retenez ce nom, c’est un des grands grimpeurs de demain !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Photos Scalata nature

 

Du beau spectacle

Côté grimpeurs pros  : pas de « prise money », de « star system » ni de « carré VIP ». Que des grimpeurs et grimpeuses motivés et heureux de partager leur passion, des vrais ambassadeurs de l’activité. Bravo aux invités Carole Palmier, Caroline Ciavaldini, James Pearson, Gérôme Pouvreau et Florence Pinet qui ont coché de belles croix sous le feu des projecteurs. Le vendredi soir, à la lumière de la poursuite, James ouvre le bal et libère la voie rebaptisée « La vengeance de Gé », un 8b+/c répété le lendemain par ledit Gé en personne. Caroline, Florence et Carole ont fait briller l’escalade féminine en masterisant les voies de démos, ne faisant qu’une bouchée de la sublime ligne « Sainte Sémilia » 8a++. Antonin Rhodes, l’outsider de l’équipe, profite de l’occasion pour exécuter en courant Storbificarum 8a+, toujours by night. C’est sans oublier bien sûr notre Dédé Dulac local made in Scalata (ex-champion de monde et aujourd’hui entraineur de l’équipe de France, genre un peu comme Zidane ;-), qui a lui aussi fait le spectacle dans la voie « Habemus Papam » 8b+/8c, qu’il avait enchainé lors de l’édition précédente, il y a onze ans ! Merci aux 6 invités d’avoir su relayer le bon esprit du Scalatabel par leurs sourires et leur présence sur le festival.

Scalatabel 2018 Scalatabel 2018     Scalatabel 2018Scalatabel 2018Scalatabel 2018
Photos Sam Bié

 

Total Festum

Les deux soirées du vendredi et samedi ont permis au grand public de découvrir l’escalade mais aussi faire la fête en occitan et catalan. Des plus petits aux plus grands, ils ont été nombreux à venir danser sur la musique d’Alidé Sans, Pirat’s Sound Sistema, Georges Nounou et le groupe de reggae local Mauresca Fracas Dub, sous le contrôle de Paulo maître du son, et José maître des lumières. Le samedi soir c’est devant une foule compacte que les Mauresca sont arrivés sur scène en tyrolienne (après avoir grimpé la grande échelle de nuit, bravo les gars !) en proposant une création pour le festival: la lecture en musique d’un texte écrit spécialement pour l’occasion par l’écrivain occitan Jean-Claude Forêt. Un peu plus tôt, la compagnie « les Têtes bêches » a gracieusement séduit le public avec un fabuleux spectacle de danse verticale, muchas gracias Antoine et Isabelle. Tout ce beau spectacle commenté en direct live par notre speaker Daniel Cruz, toujours chaud bouillant au micro, qui a donné de ses cordes vocales… Que du plaisir pour les yeux et les oreilles ;-)

IMG_3372 IMG_3356 IMG_3346 IMG_3386
Photos JC Alliès

 

Des partenaires engagés

Reprise en turbines le dimanche matin, l’occasion d’une démonstration d’exercice de secours en paroi par une équipe locale du GMP 34 (Groupe Milieu Périlleux – Pompiers du SDIS 34 ), avec l’appui de l’hélicoptère Dragon 34 de la Sécurité Civile. Commenté en direct par Christophe Lacroix, conseiller technique départemental de la spécialité, cet exercice a permis de communiquer dans le sens d’une meilleure prévention des risques liés à l’activité et d’expliquer aux pratiquants et au public les moyens mis en œuvre en cas de secours en falaise

_MG_3915 _MG_3919
photos Nicolas Nouviaire / un grand merci à la Sécurité Civile et à toute l’équipe du Dragon 34

 

Durant tout le weekend, ont été présents par le biais de stands et d’animations certains des partenaires du festival qu’ils soient institutionnels (Le département de l’Hérault, Natura 2000, le SDIS 34, l’ Office du tourisme Cévennes-Méditerranée, le CREPS de Montpellier, le CIRDOC) ou privés (Expé, Také, E9, HappyBoulder, Massage l’Echappée Zen) et bien sûr l’hôte de ce festival, la Grotte des Demoiselles.

C’est sans oublier tous les autres partenaires qui ont permis de mener à bien le festival, en premier lieu Béal, fabricant français et leader mondial de la corde d’escalade, fidèle sponsor qui a fourni les cordes avec lesquelles ont évolué les grimpeurs. Merci également à Patagonia Montpellier pour son soutien et les éco-cups par lesquelles ont transité les 30 fûts de bières, qui eux mêmes ont transité par les mains de l’équipe du bar menée par Fabien et son staff…  la commune de Saint Bauzille de Putois, Hérault Sport, La région Occitanie Pyrénées-Méditerranée et le festival Total Festum, la Communauté de Communes des Cévennes Gangeoises et Suménoises, la Communauté de Communes Grand Pic Saint-Loup, le magasin le Yéti, France Matériaux Arnaud, la Banque Populaire, EB, YandY, Veleda, MadMonkey, ReelRockTour, Au Vieux Campeur.

Enfin, il a bien fallu faire manger et boire tout ce beau monde, et pour le coup on peut remercier bien sûr tout le personnel de la Grotte des Demoiselles, mais également Matahi Juice, le Moulin de Gassac, la Coopérative artisanale Castel Barry, Intermarché Laroque, les 3 Brasseurs, le domaine Hermitage-Pic Saint Loup, la guinguette Suzette, le food truck Seltz et Limone et Sandrine du traiteur Le Cheval des Terres Rouges.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA Scalatabel 2018
Photos Scalata nature / Photo Sam Bié

 

Merci

Un rassemblement promotionnel de cet ampleur nécessite un important travail avant, pendant et après.

Tout d’abord par l’investissement des professionnels des clubs organisateurs : plus d’une centaine de journées de travail bénévole a donné lieu au nettoyage et à l’équipement des voies ainsi qu’à l’aménagement des différents secteurs du site, c’est sans compter le temps passé aux préparatifs, à la communication et à l’administration. Le réseau des trois associations (Scalata Nature, Escalabel et le CT 34 FFME), leur bonne entente, l’engagement de leurs président(e)s, ainsi qu’une bonne dose de passion ont permis la tenue de cette grande fête, organisée avec très peu de moyens financiers et l’absence de subvention fédérale. Saluons le travail d’Inti Cohen, percussionniste chez les Mauresca et bientôt moniteur d’escalade, qui a coordonné le volet musical avec l’événement sportif. Dans la famille Doumas, merci à Patrick, président du CT 34 FFME pour son engagement au côté de l’escalade en Hérault, et à Camille pour son implication sans faille dans l’organisation. Une spéciale dédicace à nos électriciens Laurent et Denis, qui nous ont branché la lumière à tous les étages, sans ça on aurait bouffé des piles.

Évidemment rien n’aurait été possible sans la participation des membres des deux clubs et sympathisants, professionnels ou non. Ce furent pas loin de 80 bénévoles sur l’ensemble du weekend qui se sont investis pour que l’événement puisse avoir lieu. Ils se reconnaitront, ils avaient tous revêtus un t-shirt jaune Také avec marqué Orga’ : merci à eux, merci à vous !

Scalatabel 2018  OLYMPUS DIGITAL CAMERA    OLYMPUS DIGITAL CAMERA  Scalatabel 2018
Photos Scalata nature / Photos Sam Bié

 

Et si ce texte est agrémenté de si belles images, c’est aussi parce que des professionnels de la photo ont participé à la fête: un grand merci au local de chez local Sam Bié (qui trouve même le temps de mettre les chaussons dans « L’envolée du Maître P. », un beau clin d’œil !) et son Nikon de partager leurs jolis clichés… en attendant les plus belles dans le magasine GRIMPER de cet été ! Merci également à Nicolas Nouviaire pour le directlive, et à Raph Fourau qui a laissé trainer son objectif un peu partout pour réaliser le film de l’évènement … Coming soon !

Au passage, si vous souhaitez que perdure l’escalade en falaise comme on l’aime, et qu’une belle fête du caillou réapparaisse peut-être un jour, n’oubliez pas de soutenir le réseau associatif et fédéral en adhérant à un club de l’Hérault !

Et rendez-vous au mur éphémère dans … onze ans ?

Le team de Scalata nature

La vidéo du festival ici : Scalatabel festival 2018

Merci à Raphaël Fourau et à l’équipe de Bartas Productions

Plus d’actus et de photos sur le site de l’évènement : www.scalatabel.fr

 IMG_3396
Caroline Ciavaldini remonte la colonne de « Sainte Sémilia », sous l’objectif de Sam Bié perché à droite sur l’échelle (photo Jean Claude Alliès)

 


Scalatabel festival 2007

ça devait chauffer… et bien ça a presque collé pour l’ultime festival Scalatabel en ce week-end de mi-juin 2007, la météo nous ayant épargné la cuisson habituelle sur le mur éphémère des Grottes des Demoiselles, pour le bonheur des 300 grimpeurs et des 1500 spectateurs venus des quatre coins de la planète caillou…

Grosse ambiance et belle réussite, le Thaurac a vibré pendant 3 jours et deux nuits, la mayonnaise était osée mais elle a pris: un challenge clubs pour les enfants, les jeunes, les adultes et les vétérans, un contest pour les amateurs et des chantiers pour les invités… un beau mélange dans une atmosphère festive et détendue, pas de prise de chou ni de stars system, juste des passionnés de rocher et de belle escalade

La soirée d’ouverture du vendredi soir a permis aux invités du team Petzl de repérer la falaise et les voies restant à libérer pour le lendemain, pendant que d’autres entamaient déjà les stocks de fûts de bière sur un fond d’irlandais acoustique (foggy bartas) puis de reggae roots (On sight sound system)

Lynn Hill, Chris Sharma, Dave Graham, Daniel Dulac, Steve Mclure, Saïd Belhaj, Berta Martin, Daila Ojeda, Leire Aguirre, Gérôme Pouvreau, Stéphane Julien et j’en passe, tous ont répondu présent pour le bonheur des jeunes et des moins jeunes venus assister au débroussaillage des voies dures du secteur éphémère: quatre 8c supposés, et un magnifique 8b (Sainte Sémilia) pour ces dames, malheureusement mouillé suite à l’orage de la veille

SamBIE-Scalatabel07_D200_2_DSC4858Le samedi, place aux jeunes, (de 6 à 13 ans, une vingtaine de clubs représentés), et c’est sous le soleil que tous ont découvert les nouvelles voies du secteur Bac à Sable, inauguré pour l’occasion, et qui restera équipé par la suite, contrairement au mur éphémère. Simultanément démarre le contest éphémère sur les deux étages, les prétendants à la vire se faisant un peu timide face à l’échelle de 30 mètres quelque peu impressionnante…

La nuit du Samedi a été longue, le premier chantier tombe sous l’assaut de Steve McLure, qui libère « Habeus Papam » 8c, au deuxième essai, sous l’oeil médusé du bon millier et demi de spectateur ravis… Gérôme Pouvreau manque de peu la première d’un 8c coriace, et Lynn Hill nous fait une belle démonstration de toute sa ruse et son expérience dans « Habeas Corpus », 7c++… Laurent Triay ne manque pas de nous rappeler qu’il est en local ici, en faisant la première de Sainte Sémilia mouillée (il avait d’ailleurs fait la première sèche également), et Steve McLure, toujours lui, s’empresse de l’enchaîner flash, et fait ainsi la première flash-mouillée… bref du beau spectacle, et si vous cherchez Dave Graham et Chris Sharma, ils sont rarement loin du bar, un demi à la main et le sourire aux lèvres, c’est aussi ça Scalatabel !

Parallèlement se succèdent sur la scène Caravanserail, Bal’ O Gadjo, et Mauresca Fracas Dub, qui enflamment le public au son du reggae montpelliérain…et les fûts de bière s’écoulent gentiment, douze très exactement, avant que Onsight Sound System et Sagagnass«  » fassent résonner le son électro dans toute la basse vallée de l’Hérault

SamBIE_Scalatabel07_D200_2_DSC4931

Dimanche tout ce petit monde se réveille difficilement et heureusement le ciel est couvert, le contest et le challenge reprennent avec même un petit air frais… conditions idéales, Dédé Dulac l’a bien compris et s’offre la seconde répétition d’Habeus Papam, 8c, en ayant fait un petit stop mauresque au repos: le lascar se déguste un pastis juste avant le crux!

quelques photos signées Sam Bié